Forums

Modérateurs: Root, Huchet, Demaison
Ce sujet est désormais verrouillé
Auteur Message
Root
mer. oct. 21 2009, 09:54


Membre enregistré #1
Inscrit(e) le: mer. nov. 26 2008, 11:27
Messages: 17
Exemples de parcours




Actuellement en 4e année de médecine (DCEM 2), puis-je obtenir une équivalence en pharmacie ?


Il n'existe actuellement aucune passerelle directe permettant le passage d'études de médecine à pharmacie à niveau de formation égal.

Les candidats n'ayant pas effectué le premier cycle de pharmacie peuvent cependant demander à s'inscrire en première année du second cycle de pharmacie à condition d'être titulaire, entre autres :
- du diplôme d'Etat de docteur en médecine
- du diplôme d'Etat de docteur vétérinaire
- d'un master 1 (ou d'une maîtrise) des Ecoles Normales Supérieures (Lyon, Cachan, Fontenay-Saint-Cloud),
- d'un titre d'ingénieur diplômé
- d'un doctorat...

Comment procéder ?

Un dossier doit être déposé auprès de l'UFR de pharmacie avant le 15 avril. Il doit comporter : copie d'une pièce d'identité, CV détaillé, liste des titres et travaux scientifiques, lettre de motivation mentionnant l'UFR de l'université dans la laquelle vous souhaitez être affecté. Le dossier est organisé par un centre d'examen qui convoque les candidats individuellement pour un entretien avec un jury composé d'un exposé oral et d'une discussion sur les titres et travaux.

Pour plus d'informations, rapprochez-vous de l'UFR de pharmacie de votre choix.

N'hésitez pas à parler de votre projet aux responsables pédagogiques de votre faculté de médecine. Ils vous aideront à identifier les aspects de vos études ou de l'exercice du métier qui vous posent problème. Rapprochez-vous enfin du service d'information et d'orientation de votre université (adresses : www.onisep.fr, rubrique "En région", "votre région", "Où s'informer ?", "Les lieux d'information").

Sachez qu'une réflexion porte actuellement sur l'insertion des formations médicales et de pharmacie dans le nouveau schéma de l'enseignement supérieur ("LMD"), susceptible de modifier le système des équivalences.



Admissions parallèles dans les écoles de commerce


Les écoles de commerce recrutent différents profils au titre des admissions parallèles (bac+2 à bac+4). Chaque école fixe ses propres règles : niveau de diplôme, quotas, concours propre à l'école ou concours commun à plusieurs écoles.

A bac+2 (BTS, DUT, L2...), deux concours communs ouvrent la quasi-totalité des écoles supérieures de commerce (ESC) : il s'agit de "Tremplin 1" et "Passerelle 1". Une soixantaine d'écoles organisent leurs propres concours.

A bac+3 et bac+4, on peut viser les écoles les plus cotées. Certaines organisent elles-mêmes leur concours. D'autres mutualisent leur recrutement via "Tremplin 2" ou "Passerelle 2" ou le concours commun à HEC et à l'ESCP Europe (qui est aussi utilisé par huit ESC).

Vous trouverez toutes les informations dans la publication Onisep "Les écoles de commerce", collection Dossiers.

Les publications de l'Onisep sont :
- en consultation au CDI de votre établissement et au CIO (centre d'information et d'orientation, adresses : www.onisep.fr/enregion, "votre région", "Où s'informer ?", "Les lieux d'information")
- en vente dans les librairies Onisep et la librairie en ligne (www.onisep.fr/lalibrairie).


Après la terminale ES, quel cursus suivre pour entrer dans une grande école de commerce ?
- Les écoles de commerce après bac ou bac+1 s'adressent aux jeunes qui veulent suivre une formation d'emblée professionnalisante. La scolarité se déroule sur 4 ou 5 ans.

- Les classes prépas permettent d'élargir ses choix d'école et de postuler dans les établissements réputés, mais pas seulement : la majorité des écoles post prépas sont d'un niveau abordable.

- Presque toutes les écoles ont aménagé des admissions parallèles pour les diplômés d'un bac+2, +3 ou +4 (DUT, BTS, licence...). L'admission n'est pas moins sélective.

Les écoles développent très souvent des spécialisations et misent sur l'international en multipliant les doubles diplômes et les échanges avec les établissements étrangers.

Les écoles de commerce diffèrent sur plusieurs points : les enseignements dispensés, les labels de qualité, le niveau de recrutement, la durée des études, la nature des diplômes délivrés, les frais de scolarité, les débouchés, l'ouverture à l'international, les relations avec les entreprises, le niveau de salaire à la sortie...

Vous trouverez toutes les informations (pour choisir une école, connaître les concours, les admissions...) dans la publication "Les écoles de commerce", collection Dossiers.

Les classes prépas

Les classes préparatoires aux grandes écoles CPGE économiques et commerciales en particulier restent la voie d'accès privilégiée mais :
- les étudiants des prépas ENS Cachan voie D peuvent se présenter à la plupart des concours d'entrée
- et les étudiants des prépas littéraires (ENS Ulm Lettres A/L, ENS Lyon LSH, Lettres et sciences sociales B/L) peuvent se présenter aux concours Lettres et sciences humaines.

L'option scientifique des classes préparatoires économiques et commerciales s'adresse d'abord aux bacheliers scientifiques (S) alors que l'option économique concerne plutôt les bacheliers ES et L profil maths.
Aujourd'hui, même si l'option scientifique fournit traditionnellement les effectifs les plus importants des écoles les plus "cotées" (60% pour HEC, ESSEC, ESCP Europe, EDHEC et EM Lyon), les sortants de l'option économique et des prépas littéraires accèdent dans des proportions importantes aux écoles les plus renommées ainsi qu'aux Ecoles Supérieures de Commerce (ESC) de second rang.


Après la terminale ES, quel cursus suivre pour entrer dans une grande école de commerce ?

- Les écoles de commerce après bac ou bac+1 s'adressent aux jeunes qui veulent suivre une formation d'emblée professionnalisante. La scolarité se déroule sur 4 ou 5 ans.

- Les classes prépas permettent d'élargir ses choix d'école et de postuler dans les établissements réputés, mais pas seulement : la majorité des écoles post prépas sont d'un niveau abordable.

- Presque toutes les écoles ont aménagé des admissions parallèles pour les diplômés d'un bac+2, +3 ou +4 (DUT, BTS, licence...). L'admission n'est pas moins sélective.

Les écoles développent très souvent des spécialisations et misent sur l'international en multipliant les doubles diplômes et les échanges avec les établissements étrangers.

Les écoles de commerce diffèrent sur plusieurs points : les enseignements dispensés, les labels de qualité, le niveau de recrutement, la durée des études, la nature des diplômes délivrés, les frais de scolarité, les débouchés, l'ouverture à l'international, les relations avec les entreprises, le niveau de salaire à la sortie...

Vous trouverez toutes les informations (pour choisir une école, connaître les concours, les admissions...) dans la publication "Les écoles de commerce", collection Dossiers.

Les classes prépas

Les classes préparatoires aux grandes écoles CPGE économiques et commerciales en particulier restent la voie d'accès privilégiée mais :
- les étudiants des prépas ENS Cachan voie D peuvent se présenter à la plupart des concours d'entrée
- et les étudiants des prépas littéraires (ENS Ulm Lettres A/L, ENS Lyon LSH, Lettres et sciences sociales B/L) peuvent se présenter aux concours Lettres et sciences humaines.

L'option scientifique des classes préparatoires économiques et commerciales s'adresse d'abord aux bacheliers scientifiques (S) alors que l'option économique concerne plutôt les bacheliers ES et L profil maths.
Aujourd'hui, même si l'option scientifique fournit traditionnellement les effectifs les plus importants des écoles les plus "cotées" (60% pour HEC, ESSEC, ESCP Europe, EDHEC et EM Lyon), les sortants de l'option économique et des prépas littéraires accèdent dans des proportions importantes aux écoles les plus renommées ainsi qu'aux Ecoles Supérieures de Commerce (ESC) de second rang.

Pour plus d'informations, consultez "Les classes préparatoires", collection Dossiers.


Avec un bac STG puis-je me présenter au concours d'entrée dans les écoles d'infirmier(ère)s ?


Le diplôme d'Etat d'infirmier(ère) est délivré par les Instituts de Formation en Soins Infirmiers (IFSI). Pour se présenter au concours d'entrée dans ces IFSI, il faut être titulaire du baccalauréat toutes séries (ou être inscrit en terminale, sous réserve d'obtention du bac).

Au concours d'entrée, les candidat(e)s passent deux épreuves d'admissibilité :
- une épreuve de culture générale évaluant leur capacité d'analyse et de jugement sur les grands problèmes sanitaires et sociaux actuels,
- une série de tests psychotechniques
et une épreuve d'admission : un entretien relatif à un thème sanitaire et social, visant à apprécier la motivation du candidat.
Attention : les inscriptions débutent très tôt dans l'année de terminale.

Vous trouverez toutes les adresses des IFSI sur notre site www.onisep.fr/etudes, rubrique "Rechercher un établissement", dans la recherche libre, tapez "IFSI".

A titre d'information, en 2007, environ 30,3% des bacheliers nouveaux entrants en 1re année d'IFSI étaient, titulaires d'un bac S, 28,3% d'un bac SMS (ST2S), 18,3% d'un bac ES, 9% d'un bac L et 7,8% d'un bac STT (STG).

Les études durent trois ans. La formation accorde une place importante aux stages (douze semaines au minimum par an, obligatoires dès la première année). Ils ont lieu en milieu hospitalier, dans les crèches, les centres de santé... Une indemnité de stage est désormais versée aux étudiants des IFSI.

Certains établissements proposent de suivre la formation dans le cadre d'un contrat d'apprentissage (études rémunérées), mais le concours reste indispensable pour accéder aux études.

A noter : des préparations aux concours d'entrée dans les écoles d'infirmièr(e)s sont proposées par certains établissements. Vous les trouverez sur www.onisep.fr/etudes, "Rechercher des formations après le bac", tapez "paramédic*" dans la recherche libre.
Voyez d'une part les FCIL (formations complémentaires d'initiative locale, vérifiez auprès de vos choix.

Comment accéder à un BTS artistique sans le bac STI arts appliqués ?

L'admission dans les BTS des domaines des arts plastiques et des arts appliqués (BTS communication visuelle, design d'espace, design de mode...) est réservée aux titulaires du bac STI Arts appliqués, d'un BT du secteur arts appliqués ou d'un diplôme d'école d'arts appliqués.

Les autres bacheliers peuvent néanmoins poursuivre leurs études dans ce type de BTS en passant par une classe de mise à niveau arts appliqués dite MANAA. La formation dure un an. Au programme : maths, sciences humaines, langue vivante, expression plastique, histoire de l'art, étude de cas...
L'accès aux MANAA est sélectif. L'épreuve pratique est supprimée à partir de la rentrée 2008. La sélection sera davantage basée sur l'étude des bulletins scolaires qu'auparavant. Les élèves de terminale (ou ayant obtenu leur bac au plus tard l'année précédente) expriment désormais leurs voeux (3 au maximum) sur le site www.admission-postbac.fr et envoient un dossier à chacune des écoles.

Attention ! Certains établissements privés proposent des années préparatoires ou des classes de mise à niveau qui ne donnent accès qu'aux BTS préparés dans ces établissements ; elles ne permettent pas d'intégrer les établissements publics.


Dois-je obligatoirement préparer un bac S - SVT pour entrer en prépa bio (BCPST) ?

Il est logique de choisir son profil de bac en fonction de la filière envisagée après le bac, mais ce choix n'est pas déterminant. Cependant, Sciences de la vie et de la Terre (SVT), Mathématiques et Physique-chimie sont les profils de bac S les plus adaptés à la poursuite d'études en classe prépa BCPST (Biologie, Chimie, Physique, Sciences de la Terre).

Attention ! En S - Sciences de l'ingénieur, l'enseignement des Sciences de la vie et de la Terre ne fait pas partie des disciplines obligatoires.

L'originalité de la voie BCPST est de s'ouvrir, au-delà d'une formation solide en mathématiques et en physique, aux domaines de la biologie, de la chimie et de la géologie.

N'hésitez pas à vous renseigner auprès de vos professeurs, et notamment ceux des matières concernées.


Est-il possible de bifurquer vers une licence professionnelle après une licence LEA ?

L'objectif du cursus LEA est de former au monde des affaires ou à la traduction spécialisée. Que vous soyez intéressé par l'interprétation, la traduction ou par une carrière en entreprise, un bac + 4 ou 5 fait très souvent figure de minimum, le tout complété par des séjours à l'étranger. La licence vise donc, de manière générale à poursuivre ses études et ne prépare pas à une entrée directe dans la vie active.

Les licences professionnelles sont des diplômes qui se préparent en 1 an après un bac + 2 (BTS, DUT, deux années de licence validées ou 120 crédits ECTS), tournées vers la vie professionnelle. Certaines licences professionnelles sont donc accessibles après deux années de licence LEA. Les plus adaptées se fondent sur une double compétence : langues et commerce, échanges internationaux, communication...

Pour la recherche de licences professionnelles, consultez le site www.onisep.fr/etudes.

N'hésitez pas à vous renseigner auprès du service d'information et d'orientation de votre université, dans lequel vous pourrez consulter nos publications.



Je voudrais faire de la mécanique après le bac

Pour travailler dans le domaine de la mécanique, vous devez élaborer votre parcours de formation en fonction de plusieurs éléments :

- le domaine de la mécanique qui vous intéresse le plus : conception de produits mécaniques, mécatronique, productique mécanique... ; qu'entend-on précisément par "mécanique" ?

- la durée des études que vous souhaitez poursuivre, courtes ou longues ? Cela déterminera le niveau de fonction auquel vous exercerez : technicien supérieur avec un bac+2, cadre avec un master ou un diplôme d'ingénieur (bac+5), sachant qu'il existe des passerelles

- le type de formation qui vous paraît le mieux correspondre à votre tempérament : un parcours de licence / master (professionnel ou recherche) à l'université et une formation d'ingénieur sont différents par exemple

- et bien sûr vos résultats scolaires.

Vous trouverez la liste des formations (BTS et DUT à bac+2 ; licences professionnelles après un bac+2 ; licences, masters et diplômes d'ingénieur à bac+5) dans la rubrique "Formations établissements" de notre site www.onisep.fr, "Rechercher des formations après le bac", choisissez un niveau et le domaine "Mécanique". La consultation du cédérom "Atlas de la formation initiale" (au CDI du collège, du lycée ou au CIO (centre d'information et d'orientation)) pourrait compléter utilement vos recherches (il permet par exemple de rechercher par intitulé de la formation).




Mon fils actuellement en 3e envisage d'entrer dans la police : quelle formation choisir ?

L'accès aux métiers de la police nationale se fait par concours à différents niveaux de formation :
- adjoint de sécurité (sans condition de diplôme)
- bac pour gardien de la paix
- licence, bac+3 minimum (de droit de préférence) pour officier de police
- master, bac+5 minimum (de droit de préférence) pour commissaire de police.

Vous trouverez toutes les informations sur les conditions requises pour passer les concours (âge, diplôme, conditions d'aptitude physique...) sur le site : www.interieur.gouv.fr, rubrique "A votre service", "métiers et concours", "police nationale".
Bureau de recrutement de la police nationale : N° national gratuit : 0800 22 0800 - blog officiel : www.blog-police-recrutement.com.

Consultez également nos fiches métiers "Gardien(ne) de la paix", "Officier(ère) de police", "Commissaire de police" en ligne sur le site www.onisep.fr/metiers : nature et conditions de travail, vie professionnelle, compétences, formations pour accéder au métier y sont détaillées.

Après la 3e, deux voies sont possibles en fonction des résultats scolaires de votre fils, de sa motivation, de ses projets :

- La seconde générale et technologique accueille tous les élèves qui souhaitent préparer un baccalauréat en vue d'études supérieures, que ce soit l'un des trois bacs généraux (littéraire, scientifique, économique et social) ou l'un des sept bacs technologiques (STG, STI...) ;

- Le bac pro Sécurité-prévention en 3 ans après la 3e. Le titulaire de ce bac pro est préparé à l'exercice des différents métiers de la sécurité au sein de la fonction publique (police nationale, gendarmerie, police municipale, sécurité civile...) ou au sein d'entreprises privées pourvues de service de sécurité ou prestataires de services de prévention et sécurité.
L'admission dans ce bac pro se fait sur sélection. De plus, pour pouvoir effectuer la période de formation dans un service départemental d'incendie et de secours (SDIS), les élèves doivent s'engager en qualité de sapeurs-pompiers volontaires.

Selon ses résultats scolaires, votre fils envisagera la préparation d'un bac général, technologique, ou professionnel pour se présenter au concours de gardien de la paix.
S'il envisage le concours d'officier de police, un bac général est recommandé afin de poursuivre en licence à l'université.

Vous trouverez le descriptif de ces diplômes sur notre site www.onisep.fr/etudes, "Rechercher une formation jusqu'au bac", tapez l'intitulé du diplôme qui vous intéresse dans la recherche libre. A chaque fiche sont liés les établissements de formation. Vous pouvez filtrer par région.



Que faire après le bac STG ?

Munis d'un bon bagage économique et technologique, les bacheliers STG (sciences et technologies de la gestion) peuvent envisager des poursuites d'études variées :

- BTS et DUT (bac+2) principalement : 45 % des bacheliers STG s'inscrivent en BTS, 8 % en DUT. Les bacheliers technologiques sont prioritaires pour poursuivre en BTS. L'admission en BTS et en DUT est de droit pour les bacheliers technologiques de l'année ayant obtenu une mention Bien ou Très bien, sous réserve que le baccalauréat obtenu soit en cohérence avec la spécialité de BTS ou de DUT visée.

A noter : le choix du BTS dépend en principe de la spécialité suivie en terminale. Cependant, rien n'empêche de s'inscrire à un BTS qui ne correspond pas exactement avec la spécialité choisie. Les bacheliers technologiques sont majoritaires en section de technicien supérieur. En effet, environ deux tiers des étudiants inscrits en BTS sont titulaires d'un bac technologique. La tendance s'inverse pour les DUT : deux tiers des étudiants sont issus des bacs généraux.

- mentions complémentaires (MC), préparées en 1 an : Assistance, conseil, vente à distance ; Accueil dans les transports ; Services financiers.

- les écoles de commerce et de gestion : directement après le bac ou en passant par les classes préparatoires économiques et commerciales option technologie qui leur sont réservées.

- éventuellement les écoles spécialisées (éducateur(trice) spécialisé(e), assistant(e) social(e)...).

- pour les élèves ayant un bon niveau dans les disciplines générales, l'université : licence AES (administration économique et sociale) essentiellement, en sciences humaines éventuellement.

Après une poursuite d'études, il est possible d'accéder aux métiers du secteur de la gestion, de la banque, du tourisme, de l'assurance, du secrétariat, de la communication d'entreprise... en fonction de la spécialité choisie en terminale STG.

Consultez notre site www.onisep.fr/metiers (vous pouvez faire une recherche par ordre alphabétique de nom de métier, par centres d'intérêt ou par secteurs d'activité).

Pour en savoir plus, consultez :
- la publication "Après le bac STG", collection Infosup.
- la fiche "Après le bac STG" en ligne sur www.onisep.fr/guides.



Que faire après le CAP Petite enfance ?

Les titulaires du CAP Petite enfance peuvent envisager de poursuivre leurs études vers :
- le BEP Carrières sanitaires et sociales
- la Mention complémentaire Aide à domicile
- le diplôme d'Etat d'auxiliaire de vie sociale (DEAVS)
- les écoles (après réussite des concours d'entrée) d'aide-soignant(e), d'auxiliaire de puériculture, de moniteur éducateur, d'aide médico-psychologique
- avec un très bon dossier, le bac professionnel Services de proximité et vie locale ou Services en milieu rural.



Il est également possible de passer le concours de la fonction publique territoriale d'ATSEM (Agent territorial spécialisé des écoles maternelles). Pour passer le concours d'ATSEM, il faut être titulaire du CAP Petite enfance. Le Brevet d'aptitude aux fonctions d'animation (BAFA) est un plus.

L'ATSEM assiste les enseignants en dehors des activités scolaires. Il guide les enfants sur le chemin de l'autonomie, de la propreté et de la vie en collectivité. Il assure aussi l'entretien des locaux et du matériel utilisé. Il participe de plus en plus à l'organisation des activités pédagogiques, la décoration de la classe, la gestion des matériels, etc.
Ses activités varient en fonction de son lieu de travail. L'agent est recruté sur concours par les collectivités territoriales (commune par exemple). L'ATSEM ne s'occupe pas forcément des petites sections en école maternelle. Il peut aussi travailler au sein de structures d'accueil de la petite enfance (crèches, haltes-garderies, centres de vacances, etc.).

Pour en savoir plus, vous pouvez également consulter le site du CNFPT (centre national de la fonction publique territoriale) : www.cnfpt, rubrique "Les concours et examens".
Consultez également le site national des Centres de gestion de la fonction publique territoriale www.fncdg.fr et contactez le CDG de votre département, qui organise le concours d'ATSEM.


Que faire après mon BEP Carrières sanitaires et sociales ?

Au sein d'une équipe, le titulaire du BEP Carrières sanitaires et sociales travaille dans les maisons d'enfants, les établissements pour convalescents et retraités et les services d'hospitalisation.

Quelques exemples de poursuite d'études :

- le bac ST2S (Sciences et technologies de la santé et du social), après une 1re d'adaptation
- le bac pro services (accueil-assistance-conseil) et bac pro services de proximité et vie locale
- les diplômes d'aide à domicile (Mention Complémentaire Aide à domicile, Diplôme d'Etat d'auxiliaire de vie sociale DEAVS, Formation complémentaire Aide aux personnes âgées)
- les diplômes de l'animation (BAPAAT, BEATEP, BPJEPS).

Vous trouverez l'ensemble des poursuites d'études possibles après un BEP Carrières sanitaires et sociales dans le guide régional "Après le BEP ou le CAP". Ce document est en ligne sur notre site, www.onisep.fr/enregion, "Votre région", "Publications régionales en téléchargement".



Quel bac pour quel BTS dans le secrétariat ?

Les BTS les plus en rapport avec le secrétariat sont :
- Assistant de manager (qui remplace Assistant de direction et Assistant secrétariat trilingue)
- Assistant de gestion de PME-PMI
- Communication...

Ces diplômes sont d'abord accessibles aux titulaires de la spécialité de bac STG (Sciences et technologies de la gestion) la plus adaptée ("communication et gestion des ressources humaines"). Il est néanmoins possible d'y accéder sans la spécialté adéquate.

N'oubliez pas que l'admission en BTS est sélective, quel que soit votre bac ou votre spécialité. Pour cette raison, vous avez intérêt à diversifier vos choix de BTS. L'admission en BTS dépend de votre dossier scolaire, de votre motivation, mais aussi de la demande : un BTS très demandé sera d'autant plus difficile à obtenir, à plus forte raison si vous ne remplissez pas tous les critères d'admission.

Prenez conseil auprès :
- de vos professeurs et notamment votre professeur principal
- du (de la) conseiller(ère) d'orientation-psychologue qui assure des permanences dans votre lycée
- des lycées proposant les BTS qui vous intéressent pour connaître leurs critères de sélection.



Quel profil de bac S pour quelle prépa scientifique ?

Il existe 5 profils de bac S : Mathématiques, Physique-chimie, Sciences de la vie et de la Terre (SVT), Sciences de l'ingénieur et Agronomie (en lycée agricole uniquement).
Il est logique de choisir son profil en fonction de la filière envisagée après le bac, mais ce choix n'est pas déterminant.

Pour les profils maths, physique-chimie et SVT, le choix intervient en terminale. Le meilleur profil est celui qui permet d'accroître ses compétences dans une matière où l'on est à l'aise... et par là même d'obtenir le bac dans les meilleures conditions !

Les classes préparatoires - scientifiques - aux grandes écoles (CPGE) proposent en 1re année différentes voies :
- BCPST : Biologie, Chimie, Physique, Sciences de la Terre
- MPSI : Mathématiques, Physique et Sciences de l'Ingénieur (dominante mathématiques)
- PCSI : Physique, Chimie et Sciences de l'Ingénieur (dominante physique)
- PTSI : Physique, Technologie et Sciences de l'Ingénieur
Ces classes sont accessibles aux bacheliers scientifiques, quelle que soit la spécialité suivie en terminale. La filière PT convient cependant plus particulièrement aux élèves ayant choisi l'enseignement sciences de l'ingénieur au lycée. Pour la classe prépa BCPST (Biologie, Chimie, Physique, Sciences de la Terre), les profils de bac S Sciences de la vie et de la Terre (SVT), Mathématiques et Physique-chimie sont les plus adaptés.



Quelles études après un bac techno STI Génie électrotechnique ?

Environ 8 bacheliers STI (spécialités industrielles) sur 10 poursuivent leurs études en DUT et BTS. Quelques BTS sont accessibles quelle que soit la spécialité (Assistance technique d'ingénieur, Maintenance industrielle, Technico-commercial...), d'autres dépendent de la spécialité choisie. Après "Génie électrotechnique", vous pouvez envisager :

- les BTS Contrôle industriel et régulation automatique (CIRA), Domotique, Electrotechnique, Informatique et réseaux pour l'industrie et les services techniques (IRIST), Mécanique et automatismes industriels (MAI), Traitement des matériaux...
- les DUT Génie électrique et informatique et industrielle (GEII), Réseaux et télécommunications, Services et réseaux de communication (SRC), Mesures physiques...



Quels BTS tertiaires après les 4 spécialités du bac STG ?

Le choix du BTS dépend en principe de la spécialité suivie en terminale.

- Après "Communication et gestion des ressources humaines" : BTS Assistant de manager (qui remplace Assistant de direction et Assistant secrétariat trilingue), Assistant de gestion PME-PMI à référentiel commun européen...

- Après "Mercatique (marketing)" : BTS Animation et gestion touristiques locales, Assurance, Banque, Commerce international, Management des unités commerciales, Négociation et relation client, Ventes et productions touristiques...

- Après "Comptabilité et finance des entreprises" : BTS Assurance, Banque, Comptabilité et gestion des organisations (bon niveau en maths), Assistant de gestion PME-PMI.

- Après "Gestion des systèmes d'information" : BTS Informatique de gestion...

Cependant, rien ne vous empêche de vous inscrire à un BTS qui ne correspond pas exactement avec votre spécialité de bac STG. L'admission dans les sections de techniciens supérieurs étant sélective, pensez lors de vos inscriptions à diversifier vos choix.




sources : www.monorientationenligne.fr


[ Édité mer. oct. 21 2009, 10:00 ]
Retour en haut
 

Allez à :     Retour en haut

Fil d’informations pour ce sujet: RSS 0.92 Fil d’informations pour ce sujet: RSS 2.0 Fil d’informations pour ce sujet: RDF
Powered by e107 Forum System

Navigation principale

Heure locale

Numéros d'urgence

Réseau Sentinelles

Listes de fournitures

Météo de votre ville


Météo

WebMaster

ewi

Use this area to list affiliate links and other useful stuff.